Palabres

Écrits, nouvelles en cours, forum d'écriture, divers


--------------------------------------------------------------------------------

Las tres cabezas de Kanko K'ayo

--------------------------------------------------------------------------------

Il est un village dans la jungle profonde de MonteVerde, où le queztal vit en symbiose avec plusieurs écosystemes, connectés entre pays lointains, où son cri perce les vallées. A l'entrée du village de K'anko, sur trois piquets sont plantées des têtes : l'une semble humaine, l' autre ressemble au crâne d'un chien, et la troisième s' apparente plutôt à celle d'un serpent, voicy leur histoire .:.

Dans le profond marais putride de la Vegaperdida, un vieux sorcier demeurait, respecté et craint de tous, tant il oeuvrait avec des forces maléfiques.Or un jour, il s'aperçut que son pouvoir avait diminué, ses poisons ne faisaient plus effet, et les créatures qu'il avait l' habitude d'utiliser ne venaient plus à sa rencontre. Il prit comme à l' accoutumée la liane Caapi (banisteriopsis) qui lui permettrait de parler à son totem : le serpent corail de rocher, qui trempe son oeil endormi jusqu'au fleuve Limpopo (cf Rudyard Kipling) La vision quadrillée lui annonçait l' arrivée de son invité, il vit le serpent à la place de son bras gauche, qui lui dit à voix basse :-"psss, toi qui ssserssse ton pouvoir disssparu, tu trouveras l'homme, au plus haut point, dans la vallée de MonteVerde, en son temple solaire le tueras, et mangeras son coeur. Alors tous tes pouvoirs reviendront." Et le serpent redevint un bras, une main.

Il prit son sac et partit, ignoré de tous, et guidé par son son voeu de retrouver les pouvoirs. Dans la vallée verte, les gens virent arriver un vieillard tordu, portant sacs de toile, en eûrent peur, mais ne le rejetèrent pas. Il eût juste assez à manger et à boire quand cela devenait utile. Le prêtre du Soleil était bien entouré, il lui serait difficile de s'approcher, bien plus encore de lui prendre son coeur, avant que les paysans ne l' éparpillent dans la nature. Il avait guetté toutes ses allées et venues, et n' avait pas trouvé le moindre détail favorable à son terrible dessein. Il prit l' Ayawasca, en vue cette fois d'approcher un totem allié, qui eût put le conseiller en reflexion et fourberie. Le chien rouge apparut et malicieusement vînt s'assoir à sa droite, regardant le fleuve comme lui ... -" Tu ne peut qu'utiliser le poison, lorsque le vieux fou va chercher le Quetzal, il ne le fait que seul, il toucheras l' objet que tu auras mis sur sa route, et mourra. Alors vite tu lui voleras son coeur et tu auras ce que tu cherche. Mais pour qu'il ne le sente pas, ainsi qu' aucun des totems qu'il gouverne, tu dois devenir le k'ayo : tu iras dans la grotte bleue là bas, mangeras le champignon phosphorescent d'huile et de roche, mourra et renaîtra avec trois têtes, la tienne, la mienne, et celle de ton allié qui baigne ses yeux jusqu' au fleuve Limpopo.Alors tu sauras quoi faire "...

Ainsi fût il fait, et on n' entendit plus parler du vieux si courbe qui trainait pres du temple, pendant un an . Dans l' obscurité humide et bleutée pourtant, l' indiscible revenait à la vie, transformé. Las tres cabezas sortit de la grotte bleue le soir, se couvrit le visage pour ne pas être chassé, et entreprit, avec ses nouvelles connaissances, de fabriquer le poison ultime. En tant qu' homme il se munit d'un couteau d' obsidienne, qui lui servait à couper les peaux les plus dures, afin d'en extraire les signes. Il tailla le manche pour qu'il fût plus coupant que la lame. En tant que serpent il répandit sa salive et son venin sur le manche, puis des plantes qu'il avait avalées lors d'une courte visite dans le fleuve. En tant que chien rouge enfin, il plaça l' objet sur le chemin du prêtre, sans qu' aucun animal ne le vît, et attendit.
Le vieux prêtre ne s'était aperçu de rien, il trouva le couteau d 'obsidienne, ne fit pas attention, se coupa et mourût. Alors las tres cabezas s' approcha et lui déroba son coeur.

Il s'en fût bien vite dans sa vallée et son marais putride, avant que les paysans n' aient fait le rapport, et ne le chassent à son tour. Il allait être de toutes façon bien plus puissant maintenant, personne ne se mettrait en travers de sa route. Effectivement rentré chez lui, les insectes et les batraciens avaient surgi en tres grand nombre, certains crocodiles avaient même des tailles surprenantes maintenant qu'il y pensait. Il se sentit plus fort que jamais, et ses trois têtes bouillonnantes se mirent à concevoir des magies nouvelles, puissantes, fascinantes. Il pouvait empoisonner ou redonner vie, transformer un animal en un autre, apauvrir ou enrichir une terre, faire pleuvoir, faire soleil, et c' est alors qu'il s 'aperçut que son pouvoir s' était amélioré du bon côté. Au fur et à mesure qu'il oeuvrait, il avait toujours eu le choix entre détruire et améliorer, et il n' y avait plus lieu de soumettre ses proches. Peu à peu il compris que ses pouvoirs étaient ceux du vieux prêtre du soleil, et plus il forçissait, plus il necéssitait de construire et d'améliorer cet état. Il lui fallait même gravir la montagne noire, percer la couche de brume qui commençait à l' affaiblir.

Un an après, il ne pût plus à nouveau se servir de sa magie, tant elle avait changé. Il était maintenant le bon prêtre, et comme il l' avait redouté, pour conserver son pouvoir, dût retourner à la vallée de MonteVerde. Las, les habitants n' avaient point oublié ce vieil homme malingre et bossu, sentant la mousse et l' algue, le serpent et le chien rouge. Dès qu'ils aperçures les trois têtes, ils sortirent arcs et sarbacanes, et tuèrent le sorcier. Ils avaient vite coupé les trois têtes avant qu'il ne se regénère, et les avaient placées à l' entrée du village de k'anko, pour se protéger, et en souvenir du vieux pretre du soleil, qui leur avait promis de toujours être présent.

Ce fût chose faite, et le soir au couchant, on entend le chant du Quetzal non loin, dardant de ses plumes vertes et de son chant aïgu un cinglant hommage au Tres cabezas de K'anko k'ayo.:.
--------------------------------------------------------------------------------

 

Affichages : 1459